L’énergie électrique en voyage à vélo

Comment recharger votre smartphone, GPS, appareils photo et vidéo lors de vos randonnées à vélo ? Des solutions existent pour être autonome en énergie électrique lors de vos voyages à vélo. Mais avant tout, qu’avez-vous besoin de recharger ? Et à quelle fréquence ? Souhaitez-vous être complètement autonome ou vous cherchez une solution d’appoint ? Aujourd’hui, les deux principales sources de rechargement sont l’utilisation de dynamos et de panneaux solaires. Ces deux sources d’énergie électrique ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Le branchement sur secteur

La première solution pour recharger tous les appareils est de tout simplement brancher le tout à l’étape du soir à l’hébergement. En camping, si vous ne prenez pas l’option de l’électricité, vous trouverez toujours des prises de courant dans les toilettes (prévu pour les rasoirs et sèche-cheveux). Si vous pouvez vous brancher lors de ses étapes, c’est le moment de faire le plein.

Le matériel de base :

  • une ou des batteries externes : elles sont de plus en plus puissantes et permettent plusieurs rechargement de votre smartphone. C’est aussi elle que vous brancherez à votre source de rechargement mobile (évite d’abîmer vous appareil en cas de surtension),
  • un chargeur multi USB sur secteur : vous permettra de recharger plusieurs appareils en même temps sur une même prise (un gain de place et de temps).

L’énergie électrique par les dynamos

Utiliser les heures passer sur votre vélo pour produire de l’énergie électrique grâce à l’énergie mécanique de vos roues. Vous avez deux sortes de dynamo, les dynamos de moyeux et ceux de flanc de pneu. L’avantage des dynamos contrairement au solaire, vous pouvez produire de l’énergie quelque soit le temps, même la nuit. Il vous faudra rouler au minimum à 13-15 km/h pour commencer à pouvoir recharger correctement.

La dynamo de flanc de roue

La dynamo de flanc de pneu (dynamo bouteille) est fixée le plus souvent au cadre du vélo et repose sur le pneu. Il faut le coupler à un chargeur du type Lightcharge City prévu pour les dynamos de flanc de pneu.

Avantages :

  • plus léger que la dynamo moyeu.

Inconvénients :

  • résistance de la dynamo,
  • bruyant.

La dynamo moyeu

La dynamo moyeu est intégrés à la roue. Il faut la coupler à un dispositif de rechargement comme le E-werk (en parallèle de l’éclairage) qui possède une batterie tampon intégré.

Avantages :

  • silencieux,
  • résistance quasi-nulle,
  • rendement bien supérieur à une dynamo bouteille,
  • aucun entretien et longue durée de vie.

Inconvénients :

  • augmente le poids du vélo.

L’énergie électrique par les panneaux solaires

Il existe des panneaux solaire nomade pour recharger smartphone et GPS. Vous pouvez vous tourner vers la gamme de Goal Zero, qui est un peu le leader en la matière. Certaines batteries Goal Zero vous permettent de brancher simultanément un téléphone et un ordinateur. Les panneaux solaires sont plus cher à l’achat qu’un système par dynamo et aussi plus encombrant, mais ont de meilleurs rendements.

Avantages :

  • permet de recharger même à l’arrêt et en direct,
  • fonctionne même par temps couvert.

Inconvénients :

  • le poids,
  • l’encombrant,
  • le prix.

Chaque système de rechargement à ces avantages et ses inconvénients. Votre choix va dépendre de vos besoins en rechargement. Etes-vous plutôt en mode connecté en permanence ou en mode déconnecté ? Pour notre cas personnel, on utilise le rechargement par dynamo qui est bien suffisant pour nos besoins. Si l’on partait pour plusieurs mois, on emmènerait un panneau solaire en plus du rechargement par dynamo, je pense.

Dites-moi en commentaire pour quelle solution de rechargement vous avez opté et pourquoi.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  

Laisser un commentaire